Éloge funèbre de la gendarme Mélanie Lemée

Éloge funèbre de la gendarme Mélanie Lemée
10 juillet 2020

Seul le prononcé fait foi.


Mesdames et Messieurs les parlementaires,
Mesdames et Messieurs les élus,
Messieurs les procureurs généraux,
Monsieur le président du tribunal judiciaire,
Mon général, directeur général de la gendarmerie nationale,
Mesdames et Messieurs les officiers généraux, officiers, sous-officiers, gendarmes adjoints volontaires et personnels civils de la gendarmerie,
Mesdames et Messieurs,
Monsieur et Madame Lemée1 (père et mère),
Monsieur Marc Lemée (frère),

Samedi soir, à l’heure où chacun quittait ses occupations et s’accordait un moment de détente, la gendarme Mélanie Lemée servait et protégeait la population. Engagée pour mettre en place un dispositif d’interception, elle perdait la vie fauchée par un automobiliste refusant le contrôle.

25 ans, elle avait 25 ans. Elle avait fait le choix de l’engagement pour le service de la France. Dès 19 ans, elle rejoint la réserve de la gendarmerie, puis rapidement l’école des sous-officiers de Tulle.
À travers cet engagement, elle incarnait ce que la jeunesse a de plus beau, de plus grand : le service désintéressé, le don de soi, le besoin d’être utile.
À travers cet engagement, elle incarnait aussi les valeurs les plus nobles de la République : la justice, la protection des plus faibles, la défense de notre beau pays.
Dans la gendarmerie, elle a trouvé des missions à la hauteur de sa soif de servir, une camaraderie la renforçant dans ses choix, un uniforme dont elle était fière.
Cette passion, elle la partageait avec vous, ses camarades de la communauté de brigades d’Aiguillon et du groupement de gendarmerie départementale du Lot-et-Garonne.

Vous, qui chaque jour êtes engagés en intervention, vous avez choisi un métier difficile, un métier risqué. Vous le savez mieux que quiconque, la violence peut survenir à chaque instant, la détresse des victimes est votre quotidien. Vous comptez dans vos rangs des blessés nombreux, des morts trop souvent. La nation connaît votre sacrifice. Comment ne pas penser, en cet instant, à ce drame de Collobrières, où la maréchale des logis chef Audrey Bertaut et l’adjudante Alicia Champlon ont perdu la vie ?

Comment ne pas penser, aussi, au major David Lannes, du groupement de la Gironde, mais également ancien de la brigade d’Aiguillon, percuté par un motocycliste refusant d’obtempérer ? Le meilleur moyen de ne pas les oublier est de leur rendre hommage et de servir, comme ils ont servi, avec la même force, avec la même conviction.
Vous avez choisi un métier utile, indispensable au pays, à la population. La France a besoin de vous, à chaque instant.
Sans vous, pas de liberté d’aller et venir, pas d’égalité devant la loi, pas de fraternité et de cohésion nationale, pas de possibilité de vivre ensemble, pleinement, sereinement.
Dans ces terribles circonstances, qui nous rassemblent aujourd’hui, la République veut vous dire que votre engagement n’est pas vain, et qu’il ne le sera jamais. Au contraire, il est l’honneur de la République.
Vous êtes les forces de l’ordre, ceux qui nous protègent.

Mélanie Lemée a vécu cet engagement avec passion, avec énergie, avec la volonté de toujours mieux servir.
Affecté le 4 juillet 2016 à la brigade d’Aiguillon, elle s’est rapidement distinguée tant auprès de ses chefs que de ses camarades.

Ses chefs la décrivent comme dotée d’une puissance de travail redoutable, forçant l’admiration par sa disponibilité, sa ténacité, son engagement professionnel sans faille.
Fiable et loyale, elle bénéficiait de la confiance absolue de son commandement.
Ses efforts avaient été en février dernier récompensés par l’obtention du diplôme d’officier de police judiciaire.
Cet engagement, elle l’a démontré une nouvelle fois, lors de la période de confinement, en s’illustrant par son action résolue auprès de la population du Lot-et-Garonne. Elle a été pour cela mise à l’honneur par Madame la préfète.

Professionnelle accomplie, Mélanie Lemée était aussi une bonne camarade, capable à 25 ans de veiller sur les plus jeunes, de contribuer à la cohésion de l’unité par son rire, son humour, sa joie de vivre.
L’amitié était pour elle une valeur fondamentale, une valeur à respecter. Elle le démontrait au quotidien, avec ses camarades.

Mélanie Lemée était aussi une combattante.
Pas uniquement dans son engagement professionnel.
Elle l’était bien sûr dans le judo, sa discipline de prédilection, sport dans lequel, championne de France militaire à plusieurs reprises, elle a tant brillé.
Elle l’était combattante, par tempérament, ne cédant jamais rien, dès lors que des principes étaient en jeu.
La lutte contre l’injustice était le combat qu’elle s’était choisie. C’était une femme engagée et elle savait que la gendarmerie était faite pour les français qui, comme elle, ressentent le besoin de mener des combats : des combats pour protéger les plus faibles, les plus exposés, les plus fragiles.
Des combats pour permettre aux gens de vivre ensemble, de vivre libres et heureux.

Une grande gendarme, une bonne camarade, une combattante de valeur : Mélanie Lemée, Mesdames et Messieurs, suscite notre admiration.
La vôtre, vous qui la connaissez si bien.
La mienne, au nom du gouvernement de la République.
Celle de toute la France, de toute une Nation
L’émotion est immense dans les rangs de la gendarmerie.
L’émotion est immense dans le Lot-et-Garonne, dans la Région, dans notre pays.
À vous, ses parents, son frère, au nom du président de la République, je m’incline devant votre chagrin et veux vous dire combien nous sommes et nous serons à vos côtés.
La République est à vos côtés, car la République sait ce qu’elle doit à Mélanie, comme elle sait ce qu’elle doit à tous les gendarmes qui la servent.

Mélanie Lemée,
Aujourd’hui, sur cette place d’arme, les honneurs militaires vous sont rendus. Ils sont rendus à un soldat de la loi qui a donné sa vie dans l’accomplissement de sa mission.
Gendarme Mélanie Lemée, je vous promeus à ce titre au grade de major.
Major Mélanie Lemée, les décorations qui vous seront décernées témoignent de la considération et du respect exprimés par la Nation toute entière.

Il est enfin une ultime distinction, Major, pour vous honorer. Et c’est la plus belle : le drapeau tricolore, notre beau drapeau, étendu sur vous, devant nos yeux. Un drapeau que vous aviez fait le choix de défendre comme gendarme. Un drapeau que vous aviez fait le choix d’honorer, aussi, comme sportive. Ce drapeau dit à lui seul le sens que vous avez donné à votre vie. En cet instant c’est donc la Nation, c’est donc la République, c’est donc la France – que vous avez si bien servies – qui s’inclinent respectueusement devant vous et vous rendent hommage.

1 Christian et Danielle Lemée


Vacances d’été : les idées du ministère des Armées, 2ème acteur culturel de l’Etat

Vous ne savez pas encore quoi faire ? Où que vous soyez, où que vous alliez, le ministère des Armées, deuxième acteur culturel de l’état, regorge de lieux à découvrir pour petits et grands. Rapide tour d’horizon et idées éclectiques.

A Paris, à la Cité des sciences et de l’industrie, l’exposition « Espions, l’exposition », du 27 juin au 1er août 2020, ravira petits et grands.Inspirée du « Bureau des légendes », dont certains décors ont été reproduits, l’exposition, conçue en partenariat avec les principaux acteurs du renseignement français, propose une expérience immersive et ludique, avec pour fil directeur un défi à relever : devenez agent secret ! Speech : un essai nucléaire de faible intensité vient d’être détecté en République Occidentale, pays placé sous surveillance dans le cadre de la lutte contre la prolifération nucléaire. Collectez les informations nécessaires pour rédiger la note destinée au chef de l’Etat et découvrez les techniques utilisés par les agents de renseignement. Du mardi au samedi de 10h à 18h, le dimanche de 10h à 19h.

Vous êtes cinéphile ?
À l’ombre des fusées Ariane sur le tarmac du musée de l’Air et de l’Espace, profitez de séances cinéma en plein air, pour petits et grands, sur la thématique aéronautique et spatiale. Tous les samedis du 4 juillet au 29 août (sauf le 8 août).

Cap au Sud !
Au musée national de la Marine à Toulon, participez à un atelier sous l’océan. En coopération avec le Service d’information et de relations publiques de la Marine nationale et le producteur du film Le Chant du Loup, essayez-vous au métier des « oreilles d’or » : les spécialistes de la reconnaissance auditive des bruits sous-marins, naturels et artificiels. Profitez-en pour découvrir le monde particulier des sous-mariniers. L’atelier se terminera par la visite virtuelle d’un nouveau submersible.

Vous n’êtes ni à Paris ni à Toulon ? Le ministère a quand même une solution : la carte de France interactive fourmille d’idées de balades, de visites ou d’expos ! Découvrez l’offre riche et variée culturelle relative à l’univers de la Défense :

Sources : Ministère des Armées

Commémoration de l’Appel du 18 juin

Message de la Secrétaire d’État auprès de la Ministre des Armées

Appel du 18 juin 1940

Barkhane : décès du légionnaire de 1ère classe Kévin Clément (1er REC)

Florence Parly, ministre des Armées, a appris avec une profonde tristesse la mort au combat du légionnaire de 1ère classe Kévin Clément, affecté au 1er Régiment étranger de cavalerie. Engagé au sein de l’opération Barkhane, il est tombé pour la France ce lundi 4 mai 2020, lors d’un accrochage avec des terroristes dans la région de Ménaka, au Mali.

La ministre des Armées adresse toutes ses condoléances à sa famille, à ses proches, ainsi qu’à ses frères d’armes pour qui elle a une pensée particulière.

Le légionnaire Clément rejoint dans le sacrifice ultime son camarade le brigadier Dmytro Martynyouk, décédé le 1er mai. Ce lourd tribut payé par la Légion étrangère n’entame ni sa détermination ni son efficacité. Elle poursuit sa mission, à la manière de ses Anciens.

Le ministère des Armées, et en particulier l’armée de Terre, sont aux côtés de la famille du légionnaire de 1ère classe Kévin Clément et de l’ensemble des militaires de l’opération Barkhane.

La ministre des Armées s’incline devant l’engagement du légionnaire de 1ère classe Kévin Clément qui a servi la France jusqu’au bout de sa mission, « Avec honneur et fidélité » comme le dit si justement la devise de la Légion étrangère. La France n’oublie jamais aucun de ceux qui l’ont choisie et se sont battus pour elle.

La ministre s’associe à la douleur du 1er Régiment étranger de cavalerie, durement éprouvé, dont l’engagement au Mali demeure. Aux côtés de leurs frères d’armes français, européens et sahéliens, la lutte contre le terrorisme continue. Dans la région des trois frontières, la France concentre ses efforts aux côtés des pays du G5 Sahel.

La ministre salue l’engagement des plus de 5 000 militaires engagés au sein de l’opération Barkhane qui continuent, sans relâche, de combattre pour la sécurité des populations locales et la protection de nos concitoyens.

Biographie du légionnaire de 1ère classe Kévin Clément.

Sources : Ministère des Armées

8 mai : une cagnotte en ligne pour soutenir les blessés de guerre, les veuves et les pupilles de la Nation

Privé de collecte en raison du confinement imposé par la lutte contre le Covid-19, l’Office national des anciens combattants et victimes de guerre fait à nouveau appel à la générosité du public à l’occasion du 8 mai.

 

Suite à la présentation de la stratégie nationale de déconfinement progressif par le Premier ministre, le 28 avril, l’Office national des anciens combattants et victimes de guerre (ONACVG) a été contraint d’annuler sa collecte annuelle sur la voie publique, prévue du 2 au 9 mai 2020. Pour l’Oeuvre nationale du Bleuet de France, cela constitue une perte d’environ 400 000 euros potentiels.

Or, l’ONACVG a pris l’engagement de maintenir cette année, en toute hypothèse, ses actions de solidarité envers les blessés de guerre, les veuves, les pupilles de la Nation et les victimes d’acte de terrorisme. La crise liée au Covid-19 affecte, on le sait, les plus vulnérables, au premier rang desquels les ressortissants de l’ONACVG.

Afin de soutenir ses engagements, l’ONACVG a lancé, lundi 4 mai, sa campagne pour le 8 mai. Vous pouvez faire un don ici : onac-vg.fr/nos-projets/soutenir-les-blesses-de-guerre-les-veuves-et-les-pupilles-de-la-nation

Le saviez-vous ?

Pour pallier le confinement qui a contraint l’ONACVG à annuler ses collectes, le Bleuet de France a réalisé un kit inspiré des tendances DIY (Do It Yourself) pour vous accompagner dans la création de votre propre Bleuet à la maison !

Télécharger le kit (fichier PDF)

Découvrir le tutoriel en vidéo

Sources : Ministère des Armées

Commémoration de la Victoire de 1945

Dans un contexte inédit, la Victoire du 8 mai 1945 sur le nazisme

a été néanmoins commémorée à Villemoisson.

 

Message de l’UFAC (Union française des Associations de combattants et des Victimes de guerre)

Message du Président de la République (lu par M. le Maire)

Sur la page Facebook de la Mairie : Cérémonie de la Victoire du 8 mai 1945

75ème anniversaire de la libération des camps nazis

75 Anniversaire lib camps

LE CHANT DES MARAIS > Interprétation par le Choeur de l’Armée française (cérémonie d’hommage à Simone Veil, Hôtel national des Invalides, 5 juillet 2017)

Hommage aux déportés (Jean-Pierre Guérif, fils de déportés)

Vidéo de la FNDIRP : > Message des Déportés

 

 

 

« Résilience » / Covid 19 ; « Sentinelle »

Pour faire face à la pandémie du #COVID19, le président de la République a annoncé le 16 mars dernier que les armées allaient apporter leur concours dans la gestion de cette crise. En réponse à celle-ci, les armées ont lancé l’#OpérationRésilience, toutefois différente de l’#OpérationSentinelle qui elle, reste concentrée sur une mission prioritaire : la lutte contre le terrorisme.

L’image contient peut-être : 1 personne

🔴 #OpérationRésilience 🔴

🔲 Confrontée à une sollicitation particulièrement forte (#covid19), les pompiers de Paris augmentent leur réponse opérationnelle 🔲.

➡️ Dès hier, une unité de l’armée de Terre, composée d’auxiliaires sanitaires du Régiment médical et formée aux techniques de #secourisme, est venue prêter main forte à leurs frères d’armes.

➡️ Cette unité intégrera les équipages de la Brigade afin de concourir aux interventions de #secours aux victimes au profit de la population parisienne et des départements du Val-de-Marne, des Hauts-de-Seine et de la Seine-saint-Denis.

➡️ Cette mission a été définie en coordination étroite entre la BSPP, la Préfecture de Police et l’Etat-major des armées. Le personnel engagé est parfaitement formé aux missions de secourisme et respecte rigoureusement les règles sanitaires prescrites par les autorités depuis le début de la crise COVID-19.

 

L’image contient peut-être : une personne ou plus, personnes debout et plein air
L’image contient peut-être : 8 personnes, plein air
L’image contient peut-être : 1 personne, chaussures et plein air
L’image contient peut-être : 1 personne, debout et plein air

Le Président de la République au Mémorial de la Shoah pour les 75 ans de la libération d’Auschwitz Birkenau

EM.75

Heureuse et rayonnante année 2020

Des tréfonds du doute, de la nuit la plus sombre ou des défaites apparemment irrémédiables,

finit par s’élever un jour, à force de volonté, la pleine mesure de la clarté,

et de la seule victoire qui vaille :

celle que l’on remporte sur soi-même.

Tel est – non pas la « leçon » donnée en face-à-face –

mais le ferment exaltant d’un partage de valeurs,

ArcdeTriomphe1.JPG

d’un cheminement côte à côte, tendu vers le même horizon

qu’il nous faut savoir offrir à cette Jeunesse de France

ArcdeTriomphe2.JPG
qui, à l’encontre des pessimismes et des idées reçues,

est, dans toute sa « diversité », porteuse du meilleur.

Il nous faut aussi savoir dépeindre à cette Jeunesse

combien hier, hier à peine, des hommes et femmes d’exception

– à jamais vainqueurs de leurs bourreaux

pour être mort(e)s d’espérance –

à l’instant ultime

n’avaient d’yeux, de confiance et d’amour

que pour Elle.

Et d’entre tous ces hommes et ces femmes de Résistance,

ceux et celles des « Services »

dessinent pour cette même Jeunesse, par-delà l’injure du temps et de l’oubli,

ce qu’avec les mots du combattant de la France libre Romain Gary,

on pourrait dénommer :

la promesse de l’aube.

*

Le fondateur du réseau Eleuthère, l’écrivain Hubert de Lagarde

(qui eut pour professeur d’Histoire à Saint-Cyr un certain commandant De Gaulle),

est condamné par les nazis à travailler jusqu’à l’épuisement dans un tunnel de sel à Dora-Ellrich.

Malgré son état, il ne cessera pourtant jamais d’y recuellir du renseignement

et aura pour tout derniers mots conscients fin janvier 1945 :

« En somme, les nouvelles sont bonnes… »

Il mourra quelques jours plus tard, enserrant dans son martyre

le secret intime d’une lueur unique

indomptée et triomphante.

*

Tout un groupe d’officiers des Services spéciaux

sont déportés au camp de Buchenwald.

Pour mieux les humilier, une brute nazie leur montre de sa cravache

la sinistre menace du four crématoire.

Mais, bien loin de montrer une quelconque peur,

au seuil de la mort évidente et prochaine,

les officiers, pour sa plus grande fureur,

lui rient au nez et le narguent.

Ils seront fusillés de suite,

et non abandonnés, comme tous les autres déportés, au supplice d’une mort lente.

Les nazis craignent trop la « nuisance » de ces êtres infaillibles,

et ce jusque dans leurs propres camps de la mort.

Et les barbares ont bien raison : les officiers mourront,

tout comme Georges Blind sur la célèbre photographie de son exécution :

un sourire de défi aux lèvres…

*

Pour mieux désigner différentes fonctions et structures de ces Services spéciaux en Résistance,

sans que les nazis ne puissent s’y retrouver,

on eut recours à des noms de fleurs.

Quelle plus belle évocation de la patrie combattante

que ce dialogue fraternel et héroïque

entre LysCamélia, Dahlia et Glaïeul…

D’autant que ce « réseau des fleurs »,

ce service de renseignement militaire français clandestin,

avait aussi agi sous la « couverture » non moins champêtre des « Travaux ruraux »,

pour mieux libérer de l’emprise de la haine

la féconde Terre de France…

*

Enfermé à la prison de Fresnes après avoir été torturé,

le « petit Marchand » doit pourtant de toute urgence

prévenir des camarades menacés d’arrestation.

Par un tout petit espace dans une canalisation,

il réussira à faire passer un message d’alerte

à un autre prisonnier bientôt libérable :

des mots, essentiels comme la Liberté,

masqués dans la trivialité d’un double-fond

d’un vieux pot de rillettes…

comme un pied-de-nez, un de plus,

aux tortionnaires et aux tyrans.

***

A l’aune et à l’image de ces parcours d’exception,

en ce jour férié où tant d’hommes et de femmes

honorent, à leur poste, une haute idée du verbe SERVIR,

je vous souhaite une année,

une vie et des chemins

emplis de cette lumière intérieure,

embaumés de ces fleurs de Résistance,

de ces défis lancés à l’impossible,

de ces combats opiniâtres et de ces rires qui transcendent

les heures les plus sombres.

Que par-delà la froidure du désenchantement (> Encore un autre hiver)

le superbe chant d’espérance du poète Calogero,

– qui sait dénicher, dans l’apparente banalité de nos quotidiens,

la noblesse des refus et des sursauts :

Tien An Men

vous transporte tout au long

d’une rayonnante année 2020.

GMP.jardins.jpeg

Gaël PILORGET

Correspondant-Défense / Civisme et mémoire à Villemoisson : https://cdvso.wordpress.com

Commandant (RC-Ad Honores) / Cabinet du Gouverneur militaire de Paris

Chercheur au Centre français de recherche sur le renseignement

Voeux.jpg
voeux.CF2R.jpg