Archives de Catégorie: Culture

5 choses que vous ne savez peut-être pas sur le 14 juillet…

Le 14 juillet

Langage militaire : « faire la nouba »

« Oh toi, tu as fait la nouba ! ». Cette phrase, il n’est pas rare de l’entendre au lendemain d’une soirée retentissante ! Apparue à la fin du XIXe siècle, l’expression synonyme de « faire la fête » vient de l’arabe classique « nowba », qui signifie « tour ». Au Maghreb, ce terme permettait de désigner la musique jouée à tour de rôle par des musiciens devant la maison d’un dignitaire.

Les troupes coloniales alors présentes en Algérie ont ensuite transformé le mot en « nouba » pour décrire la musique interprétée par les tirailleurs nord-africains, des airs populaires produits à partir d’instruments traditionnels.
De là à associer la musique à des moments festifs, il n’y avait qu’un pas. La formule est d’abord restée cantonnée à l’argot militaire avant d’être diffusée plus largement dans la société civile par les poilus lors de la Première Guerre mondiale.

Il est à noter que le 1er régiment de tirailleurs d’Épinal dispose aujourd’hui d’une fanfare appelée la Nouba. Ses membres portent tous une tenue traditionnelle (chéchia, sarouel, guêtres, ceinture à la turque, veste « bleu tirailleur », gilet).

Sources :

Sources : Ministère de la Défense / Auteur : Samantha Lille – Direction : DICoD

Un jeune historien villemoissonnais au WE historique du château de Maintenon

AU PROGRAMME

Tout au long du week-end, levez le voile sur un pan encore peu étudié du Château de Maintenon.

Tour à tour QG de l’Amirauté, terreau de Résistance,
occupé par les Allemands, bombardé par les Alliés
avant de renaître de ses cendres grâce à l’infaillible volonté du couple Noailles-Raindre…

Exposition, maquette, conférences et ateliers pédagogiques inédits
retracent pour vous l’incroyable destin de ce lieu d’exception pris dans les
tourments de l’Histoire.

Lire la Suite →

En avril et mai, Villemoisson se déplace… à Arras

Deux associations villemoissonnaises vous emmènent,
en un voyage bien réel et un autre scénique,
vers le Nord de la France, 
ces terres d’Histoire, de luttes et de dignité :
 
la GV (Gymnastique volontaire) vous emmène, les 13 et 14 mai,
visiter la ville d’Arras (centre historique minier de Lewarde, les traditions polonaises, Arras au temps des Lumières, visite des Boves et du Beffroi…).
ATTENTION : il faut s’inscrire avant le 15 mars.
 
et les 29 et 30 avril, au Ludion,
les Tréteaux d’Olyvette présentent la pièce « La carrière » de Roger GAHÉRY  qui traite de la bataille d’Arras (avril 1917)
et plus spécifiquement de la carrière Wellington [Chemins de mémoire Nord Pas-de-Calais] ;  le spectacle sera suivi d’un débat.

Un siècle de 14 Juillet

Armées d'aujourd'hui.07.2016

http://fr.calameo.com/read/0003316273772f9a3796e

Concours de chant « tous styles » / « Chante TA Marseillaise »

Du 9 au 22 mai 2016, le ministère de la Défense lance un grand concours d’interprétation de la Marseillaise. Chanteurs en herbe, voici comment y participer.

Le ministère de la Défense a annoncé jeudi 21 avril le lancement du concours « Chante Ta Marseillaise » . Ce concours destiné aux 18-25 ans est ouvert du 9 au 22 mai 2016. Il propose d’interpréter à sa façon et en vidéo le premier couplet de la Marseillaise, sans en changer les paroles. Tous les styles musicaux sont acceptés ! 

La proclamation des gagnants et la remise de prix aura lieu le 21 juin 2016, lors de la Fête de la musique.

Du 9 au 22 mai 2016, le ministère de la Défense lance un grand concours d’interprétation de la Marseillaise. Chanteurs en herbe, voici comment y participer.

Pour participer, rien de plus simple. Il suffit de :

– se filmer en 60 secondes maximum ;

– chanter sa Marseillaise ;

– poster sa vidéo sur sa propre chaîne Youtube en titrant [#ChanteTaMarseillaise – titre de ton choix] ;

– remplir le formulaire d’inscription

– le renvoyer à l’adresse chantetamarseillaise2016@gmail.com entre le lundi 9 mai 0h et le dimanche 22 mai 23h59 !

Une commission de pré-sélection identifiera les 10 meilleures vidéos puis le jury sélectionnera les trois gagnants qui remporteront :

– une caméra sportive dernier cri (1er prix) ;

– une formation vidéo à l’Établissement de communication et production audiovisuelle de la Défense (2e prix) ;

– un embarquement sur un bâtiment de la Marine nationale (3e prix) ;

– et des places en tribune pour le défilé du 14 juillet (pour les 3 gagnants).

Retrouvez l’intégralité du règlement

L’ensemble de la programmation et les initiatives de l’année de la Marseillaise sont disponibles sur le site internet www.cheminsdememoire.gouv.fr, sur la plateforme educ@def et les réseaux sociaux ministériels.

Source : Ministère de la Défense

 

Origine de l’expression « Battre la chamade »

« Dès qu’il la vit, son cœur se mit à battre la chamade… » Comment décrire de manière plus imagée la naissance d’un sentiment amoureux ? L’emballement du cœur sous le coup d’une émotion importante, un rythme cardiaque qui s’affole et palpite au rythme des battements d’un tambour.

Avant d’appartenir au langage amoureux, « battre la chamade » était surtout utilisé dans le jargon militaire. Ce terme « chamade » date du  XVIe siècle et provient de l’italien « chiamada » signifiant appel. A l’origine, après une bataille, un signal, la chiamada, était donné par un tambour ou une trompette pour indiquer que l’on souhaitait s’entretenir avec ses ennemis ou se rendre.

Mais ces roulements de tambour ou coups de clairon pouvaient être étouffés par les bruits des combats, voire être mal interprétés. Il fut donc décidé de doubler ces signaux sonores par un signal visuel : un drapeau blanc agité en signe de reddition ou demande de négociation. Tous les pays adoptèrent rapidement ce signal qui remplaça définitivement le battement de la chamade.

Avec le temps, cette expression est passée dans le vocabulaire sentimental. Aujourd’hui, avoir le cœur qui bat la chamade, signifie être prêt à « se rendre » à la personne qui nous séduit.

Source : DICOD

En avant la musique !

[Intégrale] En avant la musique ! (JDef)

La voix est le premier instrument du militaire : le chant accompagne le moindre de ses déplacements ou cérémonies pour renforcer la cohésion. Mais pour ce qui est de la musique, de véritables professionnels, à la croisée des mondes militaires et musicaux, expriment chaque jour l’étendue de leur art musical au service des Armées.

Les musiciens militaires jouent pour entraîner, soutenir, commémorer, communiquer et partager.

Pour ce Journal de la Défense (JDef) spécial « Fête de la musique », ces véritables ambassadeurs des armées, et symboles d’excellence, nous ont ouvert leurs portes le temps de quelques gammes.

En avant la musique

Origine de l’expression « De but en blanc »

Le saviez-vous ? Derrière beaucoup de coutumes, usages, traditions et expressions militaires se cachent bien souvent des anecdotes insolites, amusantes ou historiques.

Alors pour étoffer votre culture générale et briller le matin devant vos collègues à la machine à café, plongez-vous dans notre rubrique du mercredi. Aujourd’hui, la rédaction vous propose un article sans détour, comme ça, de « but en blanc » !

Lire la Suite →

Journées européennes du patrimoine

Le ministère de la Défense ouvre les portes de son patrimoine culturel à l’occasion des Journées européennes du patrimoine 2014, les 20 et 21 septembre prochains.

JEP 2014 affiche

Pour cette 31e édition, la Défense, deuxième acteur culturel de l’État, invite le public à découvrir dans toute la France plus d’une centaine de sites et de hauts lieux du patrimoine militaire qui proposent, pour l’occasion, de nombreuses visites, ateliers pédagogiques et expositions de matériel.

Cette édition est articulée autour du thème « Patrimoine culturel, patrimoine naturel ». Ainsi, de nombreux sites proposent au grand public une sensibilisation à la préservation de l’environnement sur les sites de Défense : lutte contre la pollution, déminage, préservation de la biodiversité des terrains d’entraînement.

Cette édition des Journées européennes du patrimoine démontre l’engagement du ministère de la Défense dans la valorisation de ses nombreux monuments, mais également dans sa responsabilité vis-à-vis de la préservation de l’environnement. En 2013, plus de 222 000 visiteurs ont visité les sites.

Parmi les sites ouverts cette année : l’Hôtel de Brienne (Paris 7e). Fermée en 2013, la résidence du ministre de la Défense est exceptionnellement ouverte au public en 2014. Le parcours propose une visite des bureaux du ministre de la Défense, du général de Gaulle et de celui de Clemenceau, dont la rénovation s’est achevée en août 2014.

Chiffres clés du Patrimoine de la Défense

  • 21 musées
  • 160 monuments historiques
  • 10 hauts lieux de mémoire
  • 2e service d’archives en France
  • 200 bibliothèques et centres docs
  • 3 millions de photographies
  • 21 100 titres de films
  • + de 20 formations musicales
  • + de 1000 musiciens professionnels

Sites Défense ouverts en régions

Sites en Ile-de-France

Programme JEP 2014 – IDF (format pdf, 1 MB).

 

 

Droits : SGA/COM