Archives de Tag: Première Guerre mondiale

En avril et mai, Villemoisson se déplace… à Arras

Deux associations villemoissonnaises vous emmènent,
en un voyage bien réel et un autre scénique,
vers le Nord de la France, 
ces terres d’Histoire, de luttes et de dignité :
 
la GV (Gymnastique volontaire) vous emmène, les 13 et 14 mai,
visiter la ville d’Arras (centre historique minier de Lewarde, les traditions polonaises, Arras au temps des Lumières, visite des Boves et du Beffroi…).
ATTENTION : il faut s’inscrire avant le 15 mars.
 
et les 29 et 30 avril, au Ludion,
les Tréteaux d’Olyvette présentent la pièce « La carrière » de Roger GAHÉRY  qui traite de la bataille d’Arras (avril 1917)
et plus spécifiquement de la carrière Wellington [Chemins de mémoire Nord Pas-de-Calais] ;  le spectacle sera suivi d’un débat.
Publicités

Cérémonie du 11 novembre

Le lever des couleurs

Le discours de M. le Maire et les interventions des représentants des associations d’Anciens combattants.

> Documents : Allocution de l’UNC pour le 11 novembre / Message du Secrétaire d’Etat chargé des Anciens combattants et de la Mémoire

Les membres du Conseil municipal d’enfants, accompagnés par M. le Maire et M. DEMONTPION, président du Comité d’entente des associations d’Anciens combattants, fleurissent les tombes de Villemoissonnais morts pour la France.

Les membres du CME se joignent à M. DEMONTPION et à M. le Maire pour déposer les gerbes au pied du monument aux morts. M. NOVEL dépose la gerbe du Conseil départemental

Les autorités, ainsi que les membres du CME, saluent les porte-drapeaux

Un hommage est rendu aux porte-drapeaux, qui sont applaudis alors qu’ils quittent le cimetière…

80 ans de solidarité en faveur de la communauté combattante

Au cœur des célébrations du centenaire de la Grande Guerre, le Bleuet de France, Fleur Française du Souvenir, renaît pour redonner de l’espoir !

Le Bleuet de France : 80 ans de solidarité en faveur de la communauté combattante

L’Œuvre Nationale du Bleuet de France est une œuvre caritative issue de la Première Guerre mondiale et dont l’Office national des anciens combattants et victimes de guerre (ONAC-VG) assure la gestion depuis 1991. L’histoire de la création du Bleuet de France débute à Paris, au sein de l’Institution Nationale des Invalides où deux femmes de leur temps à l’écoute des souffrances de leurs contemporains : Charlotte Malleterre (fille du commandant de l’Hôtel National des Invalides) et Suzanne Leenhardt, infirmières au sein de l’Institution, souhaitent venir en aide aux mutilés de la Première Guerre. Elles créent alors, dès 1925, un atelier pour les pensionnaires des Invalides. Ils y confectionnent des fleurs de Bleuet en tissu pour les aider à reprendre goût au travail et à la vie et subviennent ainsi, en partie, à leurs besoins grâce au produit de la vente de ces fleurs. Bientôt cette belle initiative se développe et prend une dimension nationale : la Nation veut témoigner de sa reconnaissance et venir en aide à ses hommes qui ont sacrifié leur jeunesse à défendre la France. Le Bleuet est alors choisi pour incarner le symbole national du Souvenir, la Fleur des Morts pour la France. C’est pourquoi, il est décidé à l’occasion du 11 novembre 1934, de vendre, pour la première fois, les fleurs de bleuet fabriquées par les anciens combattants sur la voie publique à Paris : près de 128 000 fleurs seront vendues ! C’est une vraie réussite suivie d’une véritable reconnaissance car, dès 1935, l’État décide de la vente officielle du Bleuet chaque 11 novembre.

Site du Bleuet de France

Après la seconde Guerre mondiale, en 1957, l’État crée un deuxième jour de collecte chaque 8 mai. Aujourd’hui encore, à l’occasion de ces deux journées commémoratives, l’Œuvre Nationale du Bleuet de France organise des collectes sur la voie publique dans toute la France grâce à son réseau de 20 000 bénévoles. Les fonds collectés permettent de contribuer au maintien à domicile des anciens combattants et de leurs veuves, de participer au financement des études des pupilles de la Nation, mais encore de soutenir des militaires gravement blessés en opérations extérieures ou d’accompagner les familles endeuillées de nos soldats. Le Bleuet de France avec l’ONAC-VG, est aussi l’un des acteurs majeurs de la politique de transmission de la mémoire et des valeurs républicaines aux jeunes générations. Ce soutien se concrétise par le financement sur le plan national ou local de centaines de projets mémoriaux.

Plus que jamais, le Bleuet de France a besoin de votre appui pour promouvoir ses valeurs de mémoire et de solidarité.

Source : Bleuet de France

Inauguration du monument aux morts rénové de l’Ecole Polytechnique

Mise à jour : 09/10/2014 10:37  – Auteur :  CNE Laetitia Périer

Kader Arif, secrétaire d’État auprès du ministre de la Défense, chargé des Anciens combattants et de la Mémoire, s’est rendu mercredi 8 octobre à l’École polytechnique, à Palaiseau (91), pour inaugurer le monument rénové en hommage aux polytechniciens morts pour la France.

Ecole polytechnique monument rénové

Mercredi 8 octobre, Kader Arif, secrétaire d’État auprès du ministre de la Défense, chargé des Anciens combattants et de la Mémoire, s’est rendu sur le site de l’École polytechnique, à Palaiseau (91), afin d’inaugurer le monument rénové aux Polytechniciens morts pour la France. Depuis sa création en 1794, près de 2 000 polytechniciens ont donné leur vie pour la France, dont plus de 800 pendant la Première Guerre mondiale.

A l’occasion de cette inauguration qui s’est tenue le jour de la passation de drapeau de l’École de la promotion 2012 à la promotion 2013, Kader Arif a tenu à remercier les Polytechniciens présents  d’entretenir le souvenir des anciens et rappelé tout l’attachement du ministère de la Défense à Polytechnique et à ce qu’elle représente : « toujours en mouvement, guidée par l’idéal de progrès ».

L’École polytechnique, surnommée « l’X », est une école d’ingénieurs placée sous tutelle directe du ministère de la Défense et qui associe recherche, enseignement et innovation au meilleur niveau scientifique et technologique. Parmi les anciens élèves, on trouve notamment le maréchal Joffre, le résistant Honoré d’Estienne d’Orves, le mathématicien Henri Poincaré, le physicien Henri Becquerel, le prix Nobel d’économie Maurice Allais, Bernard Arnault (LVMH) et Carlos Ghosn (Nissan/Renault).

Ecole polytechnique monument rénové

Source : http://www.defense.gouv.fr

La Grande Guerre s’expose à Roland-Garros

Kader Arif, secrétaire d’Etat auprès du ministre de la Défense, chargé des Anciens combattants et de la Mémoire, et Jean Gachassin, président de la fédération française de tennis (FFT), ont signé le 15 mai une convention d’intention au musée de la FFT dans le cadre des commémorations de la Grande Guerre.

Lire la Suite →